Visite des 5ème4 au Musée Pierre Cardin

L’après midi du 21 octobre, la classe de 5e4 s’est rendue au musée Pierre Cardin qui se trouve Boulevard Victor Hugo, à Saint Ouen. Elle est allée visiter l’exposition Morpho qui regroupe les œuvres de plusieurs artistes, formant un hommage au grand couturier. La classe mène cette année un projet, accompagnée par l’artiste Eddy Terki. Ce projet s’intitule « J’habite ici » et a pour thème « la transformation du territoire ». C’est dans ce cadre que les élèves ont pu visiter un musée qui fermera ses portes en décembre et qui sera démoli.

Par binôme, les élèves avaient fait des recherches sur le musée, son histoire, ainsi que sur le créateur de mode, Pierre Cardin ; ils ont exposé leurs recherches à leurs camarades afin de mieux connaître le lieu où nous nous trouvions. Puis, nous avons rencontré Edwart Vignot, historien et artiste, qui a réalisé certaines des œuvres exposées. Il nous a fait visiter l’exposition, nous a expliqué la signification des œuvres et d’où venaient les objets qui ont servi à la réalisation de certaines installations. Les élèves ont pu lui poser toutes leurs questions et ont beaucoup apprécié la visite de ce musée. Certains ont eu envie d’y revenir avec leur famille avant qu’il ne ferme.

Exposition « Morpho » par Quai 36
33 boulevard Victor Hugo 93400 Saint-Ouen-Sur-Seine
Ouverture au public : samedi-dimanche de 13h à 20h
Exposition visible jusqu’au 15 Déc 2021

#élèvetonblob J+7 : fin des expériences … pour l’instant

Ce mardi 19 octobre, cela fait une semaine que les expériences sont lancées, il est temps de faire le bilan.

Expérience Exploration

Expérience Exploitation

Sans nourriture Avec nourriture

A la fin du jour 7, on remarque que les blobs sont totalement immobiles, ils sont tous endormis. Les blobs du protocole Exploitation sont plus grands que les blobs du protocole Exploration.

Nous allons laisser les sclérotes à l’obscurité afin de réaliser d’autres expériences après les vacances.

 

Normandie J4 : vendredi 15 octobre 2021

Ce matin c’était le grand départ. Les profs ont proposé à ceux qui le souhaitaient d’aller faire une promenade matinale sur la plage de GrandCamp-Maisy à 7h… Quelques uns ont donc pu profiter du lever du soleil au milieu des algues. Après nous avons eu à faire nos bagages et à ranger toutes les chambres, à enlever les draps.

Puis nous sommes allés à la Pointe du Hoc. C’est une falaise jonchée de trous d’obus énormes et de bunkers allemands. Nous nous sommes promenés à travers ce paysage incroyable, avec la mer au loin. La Pointe du Hoc se trouve dans le secteur d’Omaha Beach, où les Américains ont débarqué. Les bombardements alliés n’ont pas été assez efficaces pour protéger les fantassins. A la Pointe du Hoc les Rangers ont eu à escalader la falaise sous les tirs de quelques ennemis… pour rien car les Nazis avaient déjà quitté les lieux et que le terrain n’était plus à prendre. L’artillerie lourde avait été reculée et continuait son carnage de plus loin. Nous sommes allés au bord de la falaise et on se représentait bien l’événement. Ça nous a beaucoup plu.

Après nous sommes allés visiter le cimetière américain de Colleville qui surplombe Omaha Beach. Ce cimetière est immense et les croix blanches ressortent beaucoup sur le vert des pelouses et le bleu du ciel. Le cimetière allemand nous a paru plus petit alors qu’il contient presque quatre fois plus de tombes. Le cimetière américain est plus grandiose et l’allemand plus intime. Le premier est face à la mer d’où sont arrivés les défunts, le second plus tourné vers les terres. On a comparé les deux cimetières, les statues, le positionnement, l’impression générale.

Nous avons achevé notre périple sur la plage de Omaha Beach. Au centre il y a une sculpture qui s’intitule les Ailes de l’Espoir. Ce sont des flammes d’acier qui montre qu’on ne doit pas oublier le sacrifice de ses hommes. Cette plage est appelée la «sanglante» car énormément de jeunes soldats y sont tombés avant même de toucher la grève. Ils arrivaient par des barges qui s’ouvraient vers l’avant et ils essuyaient les tirs depuis les bunkers placés en hauteur sur la plage. Nous avons regardé sur les tablettes une scène du film Il Faut sauver le soldat Ryan, tourné sur cette plage et qui reproduit les événements comme ils se sont passés. Nous étions très émus. Après nous avons mangé sur la plage puis marché vers la mer. Les professeurs nous ont expliqué le fonctionnement des marées. Nous avons vu la mer monter. Puis nous avons fait un foot contre Monsieur Le Polotec, Monsieur Ranc et Monsieur Cuinet. Nos espoirs et nos efforts ont été très vite ruinés, car les professeurs nous ont donné une leçon de football !

Tout au long du voyage, dans le car nous avons fait de petits exposés au micro ou nous avons eu à raconter ce qui avait retenu notre attention durant les visites. Beaucoup d’élèves, au début, étaient intimidés mais à la fin tout le monde avait envie de passer. In s’est entraidés et on s’est encouragé. Parfois on a fait des concours d’histoires drôles ou d’énigmes aussi, pour se détendre.

Nous rentrons à Saint-Ouen-sur-Seine. A tout à l’heure.

Normandie J3 : jeudi 14 octobre 2021

Aujourd’hui nous avons passé une journée riches en émotions. Le matin nous sommes allés à Arromanches suivre une visite guidée du port artificiel construit en dix jours au large d’Arromanches. Ce port avait pour but de permettre d’acheminer les véhicules et le matériel à terre afin de mener à bien la bataille de France vers Caen, Rouen puis Paris. Nous avons vu de nombreuses maquettes et des vitrines exposant les objets des pilotes de la Royal Air Force. Ils avaient notamment un bonnet fluorescent pour être repérés dans la mer s’il étaient amenés à s’expulser de l’habitacle. Ils avaient aussi un foulard en soie sur lequel était dessinée la carte de la Normandie. Il y avait plein d’histoires et d’objets. On vous racontera.

Nous nous sommes promenés ensuite sur la plage au milieu des restes du port. La marée était basse et le ciel bleu. Ensuite nous sommes montés au cinéma à 360 degrés voir des images du débarquement et de la libération de Paris. C’était impressionnant. On avait l’impression de vivre le débarquement au milieu des avions, des bruits de la guerre. On suivait un parachutiste, les gens obligés de fuir les villages en ruines puis la joie des gens après la libération. Nous avons pique niqué là, sur la falaise face à la mer de la Manche.

L’après midi nous sommes allés visiter l’arme de défense allemande: la batterie de Merville, en retrait de Sword Beach où ont débarqué les Britaniques et les soldats de la France libre. Nous avons vu un C-47 immense et visité trois bunkers. En allemand on dit « Blockhaus ». Nous avons eu droit à deux simulations d’attaque en son et lumière dans un bunker: une attaque de l’aviation anglaise avec les sirènes et les bruits des bombardements, puis une attaque des fantassins anglais contre le bunker. Une batterie regroupait des canons destinés à tirer à dix kms sur la mer et vers le ciel. La nuit du 5 au 6 juin 1944, à 22 heures 1000 bombes avaient été larguées sur la batterie.
Dans les bunkers il y avait des souterrains avec deux portes blindées. Les Allemands s’enfermaient plusieurs jours à quatre ou six. Le guide nous a aussi montré une plaque de matricule américaine, avec le nom du soldat, et les lettres O et P: O pour le groupe sanguin et P pour protestant. S’il était blessé on pouvait ainsi savoir son groupe sanguin.

Le soir nous avons eu droit à une veillée géniale: c’était super car les professeurs ont joué avec nous et nous nous jouions en équipes, contre eux. Ils avaient préparé un quizz avec plein de questions et de défis originaux autour de la guerre, de l’anglais, du dessin, de l’histoire, des messages radios, de la poésie, des extraits de film. On devait reconnaître des chars, des soldats, des véhicules alliés ou allemands. On a eu des questions sur des anecdotes ou des détails de la guerre que les profs nous racontaient durant le séjour ou lors des exposés qu’on faisait dans le car durant les trajets. On a écouté l’appel du 18 juin 1940, les vers de Verlaine annonçant le Débarquement, un extrait du Jour le plus long avec le criquet américain et un extrait de la Grande Vadrouille avec Bourvil. On devait trouver la suite de la scène qu’on nous montrait. Après il y avait des exercices de calcul rapide.
Les défis contre un « Superproferos » qu’on choisissait c’était: un jeu de mémoire, un jeu de dessin puis on devait lire de manière expressive les strophes du poème Liberté de Paul Eluard. C’était un moment magique. On avait envoyé nos meilleurs lecteurs, tout le monde écoutait et on a trouvé le poème magnifique. A la fin on a tous crié « liberté », le dernier mot du poème. Pendant le quizz, il y a eu des moments drôles et on a vu qu’on avait appris plein de choses.
A la fin on a regardé les deux extraits de film avec la bonne réponse.

Les trois premiers du quizz sont:
1 – équipe « 07 Géné » : 64 points
Membres de l’équipe: Enzo, Mamadou, Marwan, Zakaria, Moussé.

2 – équipe « MJACA » : 62 points
Membres de l’équipe: Michel, Jayson, Azim, Clark Kent, Adam

3 – équipe « La Mala est Gangs’ » : 61 points
Membres de l’équipe: Mahamadou, Ilyas, Mathis, Mohammed-Amine, Yazid, Ayoub.

Les professeurs finissent sixièmes sur neuf…

#élèvetonblob J+2 : le blob se balade

Ce jeudi 14 octobre, les élèves continuent de veiller sur les blobs. Ils changent rapidement.

 

Expérience Exploration

Expérience Exploitation

Sans nourriture Avec nourriture

 

 

 

Sans nourriture, il nous semble que le blob a fait le tour de la boîte et qu’il se retransforme en sclérote (rappel : il n’a pas de nourriture et sans doute plus d’eau).

Avec nourriture, le blob fait le tour des flocons d’avoine.

Pour information : le blob ne repasse jamais 2 fois au même endroit. La scientifique du blob Audrey Dussutour a prouvé que le blob dépose du calcium comme empreinte de son passage, comme une trace.

 

Le site du collège